Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Assurance décès et assurance vie : quelles différences ?

Découvrez notre Plan Protection Accident

Vous vous demandez s'il est nécessaire de cumuler assurance décès et assurance vie. Contrairement aux idées reçues, ces deux contrats n'ont pas les mêmes objectifs. Ils peuvent même se compléter à bon escient ! Le point avec FLOA Bank.

L'assurance décès : un contrat de prévoyance

L'assurance décès est un contrat d'assurance qui fait partie de la catégorie des contrats prévoyance. Autrement dit, elle sert à anticiper l'avenir de vos proches, suite à votre disparition. Le principe est simple : vous constituez un capital par un versement unique ou des cotisations régulières. L'argent ainsi mis de côté sera reversé à votre ou vos bénéficiaires après votre décès. L'assurance décès a pour objectif de laisser une rente à vos ayants droit pour leur donner un coup de pouce financier lorsque vous ne serez plus là. Le capital constitué peut généralement être utilisé librement, pour financer les études de vos enfants ou payer des charges de copropriétaire, par exemple.

La plupart des souscripteurs choisissent de désigner un bénéficiaire dans leur entourage proche, comme leur conjoint ou leurs enfants. Cependant, rien n'empêche de désigner une personne tierce, étrangère au cercle familial.

Il faut préciser que le capital de l'assurance décès ne peut être retiré par l'adhérent du contrat. D'autre part, il faut distinguer le contrat d'assurance décès temporaire du contrat d'assurance décès en viager (aussi appelé « assurance décès vie entière »). 

Dans le premier cas, il existe un risque de perte du capital. En effet, celui-ci ne sera versé aux bénéficiaires que si le décès survient pendant la période couverte. Le cas échéant, les cotisations ne seront pas remboursées.

Le second type de contrat est plus protecteur, puisqu'il n'est pas soumis à une limite de durée. Cependant, les primes versées par l'assuré sont souvent plus onéreuses.

L'assurance décès est un contrat relativement souple, auquel il est possible d'ajouter des options, telles que la majoration du capital en cas d'accident et les garanties PTIA (Perte Totale et Irrémédiable d'Autonomie) et ITT (Incapacité Totale Temporaire).

L'assurance vie : une solution d'épargne

L'assurance vie, contrairement à l'assurance décès, s'apparente à un plan d'épargne. Il n'est pas géré directement par un organisme bancaire mais par un assureur partenaire. Le souscripteur constitue un capital grâce à des versements réguliers, auxquels s'ajoutent des intérêts à son bénéfice. La compagnie d'assurance doit verser le capital constitué et la plus-value à l'adhérent du contrat lorsqu'il le souhaite ou à ses bénéficiaires après son décès.

La fiscalité des contrats d'assurance vie est plus avantageuse au bout de 8 ans de cotisations grâce à l'application d'un abattement forfaitaire et un taux de prélèvement allégé de seulement 7,5 %. En ce qui concerne les droits de succession, il existe des variations en fonction du statut du bénéficiaire désigné :

Il s'agit du conjoint lié par un mariage ou un PACS : les droits de succession sont levés.

Il s'agit des enfants ou de tout autre bénéficiaire : le plafond d'exonération des droits de succession est  fixé à 152 500 euros. Les capitaux sont ensuite taxés à hauteur de 20 % pour toutes les cotisations versées avant les 70 ans du souscripteur. 

Le contrat d'assurance vie peut également être réinvesti dans des produits sans risques (fonds en euros) ou boursiers (unités de compte). Il s'agit d'opportunités à considérer pour faire fructifier son épargne et augmenter le rendement de son assurance vie. Pour éviter tout écueil, il est recommandé de solliciter l'accompagnement d'un professionnel.

Les principales différences entre assurance décès et assurance vie

Contrairement à l'assurance décès, le capital de l'assurance vie n'est pas bloqué et peut être utilisé librement par l'assuré de son vivant. D'autre part, il peut fructifier grâce au taux d'épargne et à un large portefeuille d’investissements financiers.

Avec l'assurance décès, le capital ne peut pas être récupéré par l'adhérent du contrat. D'autre part, il s'agit d'un contrat à fonds perdu (dans le cadre de l'assurance décès temporaire). En l'absence de sinistre avant l'expiration du contrat, la somme cotisée ne peut donner lieu à aucun versement.

En revanche, l'assurance décès est intégralement exonérée d'impôts et permet de garantir un capital aux héritiers, notamment si le contrat en viager est choisi.

Ces deux contrats apparemment similaires sont donc très différents mais peuvent concourir à des objectifs similaires. Si l'assurance vie n'est pas un contrat prévoyance à proprement parler, il permet de désigner un ou plusieurs bénéficiaires qui toucheront les primes épargnées après le décès du souscripteur. Les droits de succession peuvent être compensés par la plus-value du contrat initial, notamment si l'épargne n'a jamais été utilisée du vivant de l'assuré.

Si vous désirez protéger vos proches des incidents de la vie, découvrez sans attendre l'assurance décès accidentel de FLOA Bank. En cas de décès provoqué par un accident, un capital pouvant atteindre 150 000 euros sera versé à vos bénéficiaires.

Assurance prêt immobilier

Besoin d'Aide